Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

SUD-RAIL-CERBERE
sud-rail-cerbere

Le site de Sud-Rail Cerbère

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- vidéos, audio et photos
- actus des autres syndicats
- actualités
- coup de gueule
- droit de retrait, droit d'alerte, rapport préventifs, préavis de gréve

5 DERNIERS ARTICLES
- Guide du manifestant arrêté
- Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers?
- Bernard Thibault, le fossoyeur de la CGT ?
- Non à la loi ORTF
- Une décision de Justice passée bien…inaperçue….
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le syndicat Sud ne connaît pas la crise
- Dominique Malvaux (Sud-Rail Paris St Lazare)
- Trombinoscope.
- La gréve des cheminots par J-P Pernaut (TF1)
- Calomnie aux DP EEV Languedoc Roussillon
- CHRISTIAN MAHIEUX, Le Parisien du 26/01/09
- Grève nationale le 29 janvier 2009
- Info 1ére table ronde du 29/11
- J'assume !!!!
- Rappelez vous, pour Sarkozy, beaucoup de choses étaient claires

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
010203
04050607080910
11121314151617
18192021222324
252627282930
<< Septembre >>

BLOGS FAVORIS
1.Levengeurmasque
2.Las-ocas-cerbere
Ajouter sud-rail-cerbere à vos favoris

LIENS FAVORIS
- film streaming vf
- film en streaming
- denver airport shuttle
 Guide du manifestant arrêté Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

www.syndicat-magistrature.org/


En avril 2005, alors que les gouvernements s'étaient installés dans une habitude législative et policière ayant pour conséquence et parfois pour finalité la répression de nombreuses formes d'expression collective, le Syndicat de la Magistrature, fidèle à sa tradition d'accompagnement des luttes et des revendications du mouvement social, rédigeait son premier «Guide du manifestant arrêté».

Depuis, la situation s'est aggravée sur tous les fronts : interpellation de très nombreux lycéens manifestant contre le CPE en 2006, intimidations constantes contre les faucheurs d'O.G.M. ou les militants «anti-pub», projet de fichage généralisé des figures de la contestation, renvoi en correctionnelle de ceux qui refusent d'alimenter le fichier des empreintes génétiques, incidents extrêmement préoccupants survenus lors d'une manifestation à Montreuil, décret contre les cagoules et maintenant, loi contre les bandes...

La remise à jour et l'édition d'un nouveau «Guide du manifestant arrêté» était donc d'impérieuse nécessité. Plus précis, bénéficiant d'une visibilité plus large sur la toile, le présent guide n'a toutefois pas pour vocation à se substituer aux conseils des professionnels du droit intervenant dans le cadre de la procédure pénale.

Il n'a d'autre ambition que d'exposer les droits et devoirs des citoyens et de la puissance publique dans l'une des expressions majeures de la démocratie que constitue la manifestation, de rappeler l'impérative conciliation des nécessités de l'ordre public et du droit constitutionnel des citoyens à la sûreté contre les incursions de l'administration et par-dessus tout, de mettre chacun en garde contre les conséquences désastreuses d'une forme contemporaine de pénalisation de la contestation.

www.les mots ont un sens.com/le guide du manifestant arrêté

CLIQUEZ SUR LE LIEN EN DESSOUS POUR ALLER SUR LE GUIDE EN FORMAT PDF

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-12-2009 à 09h32

 Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Alors que la CGT tient son 49e congrès, Roger Silvain dirigeant emblématique de la CGT – Renault reprend du service pour dénoncer la «dérive» de la ligne politique défendue par Bernard Thibault. Une dérive qu’il attribue à la Confédération européenne des syndicats.



(photo: darcydominique - Flickr - cc)

À « bientôt 79 ans », Roger Silvain aurait pu décider de laisser filer, de ravaler sa colère contre la direction de la CGT. Mais ce serait mal connaître le bonhomme : « Le combat, explique-t-il, lui, qui est entré à l’âge de 15 ans à Renault-Billancourt comme apprenti-ajusteur, c’est tous les jours, jusque sur notre lit de mort ». Son combat du moment, cette figure emblématique de la CGT proche d’Henri Krasucki le mène via le Front syndical de classe, une association lancée cet été et qu’il préside. Une association qui vise à être un « vecteur d’idées pour que la CGT reste fidèle à ses fondamentaux »


Même s’il admet qu’« il y a une vieille tradition à la CGT qui consiste à ne pas dénigrer ses dirigeants », ces fameux « fondamentaux », il les rappelle avec force à Bernard Thibault. Car ce partisan de la « vieille CGT », comme diront certains, sent bien que la base suit de moins en moins l’actuel Secrétaire général. « Au congrès , explique-t-il, vous n’aurez pas le reflet exact de ce mécontentement parce qu’il a été bien “préparé”. » Alors Roger Silvain met des mots sur ce mécontentement. Et surtout il analyse le fossé qui se creuse entre les troupes et « le gars qui tient la boutique ». Il y voit la marque de la Confédération européenne des syndicats et décrit presque Bernard Thibault en commissaire européen aux ouvriers !


«On sent une “cfdtisation” de la CGT»

Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers?

Marianne2.fr : Vous reprochez à Bernard Thibault d’incarner un syndicalisme de compromis plutôt qu’un syndicalisme de lutte ? 

Roger Silvain : La dérive a commencé à s’amorcer avant l’arrivée de Bernard Thibault à la tête de la CGT, à partir des années 1994-1995, sous la conduite de Louis Vianney. Quand Thibault a pris la relève de Vianney, il avait une image très positive : il avait été l’animateur de la lutte des cheminots en 1995, c’était un jeune gars qui médiatiquement passait pas mal. Mais la dérive s’est accélérée quelques mois après sa prise de fonction, quand la CGT est entrée dans la Confédération européenne des syndicats (CES) qui est une création de l’Union européenne.

Il ne faut pas perdre de vue que l’UE s’articule autour de trois grands axes. L’axe politique avec la Commission européenne. L’axe militaire avec  l’Otan. Et l’axe syndical avec la création de cette CES dont l’objectif est d’associer les classes ouvrières des pays de l’Union, pas à la sauvegarde, mais à la marche du capitalisme. La CGT en adhérant en 1999 à la CES est rentrée dans le moule. Ce glissement s’accélère depuis le dernier congrès. Le congrès actuel va amener lui aussi des bouleversements. Sauf que là ça commence à gueuler dans les rangs de la CGT. Le couvercle commence à se soulever. Les gars nous disent : « On ne comprend pas, ce n’est plus la même CGT »

  

Une CGT que la base ne reconnaît plus d'autant plus que Bernard Thibault, au printemps dernier, a retenu ses troupes. Alain Minc qui a l’oreille du chef de l’Etat explique lui-même qu’il y a eu « une volonté politique de cogérer le pays avec les syndicats » ? 

On peut reconnaître un mérite à Sarkozy : au moins, lui, est un ennemi des travailleurs clairement identifié et un représentant des grandes fortunes françaises que sont les Bolloré, les Lagardère, les Bouygues, etc. Il a reçu les centrales syndicales et leur a dit : « Les travailleurs sont mécontents, messieurs, jouez votre rôle ». Ce qui lui permet de dire ensuite : « Nous avons vraiment de la chance d’avoir à faire à des syndicats raisonnables et responsables ». Mais au-delà de Nicolas Sarkozy, il y a une ligne politique. Une ligne politique qu’incarne la CES. Incontestablement, la CES joue un très très grand rôle pour que la CGT devienne un syndicat qui reconnaisse l’économie de marché, qui considère que l’on peut tirer quelque chose du capitalisme, qu’il est « amendable » puisque c’est le mot à la mode.

Depuis que la CGT existe, il y a toujours eu une lutte entre le courant réformiste — de collaboration de classes — et ce qu’on appelle le courant “lutte de classes”. Mais on vit une période en ce moment où le courant réformiste a marqué des points. On sent une « cfdtisation » de la CGT. 

Le référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel marque aussi une rupture. Il a mis au grand jour une contradiction sérieuse au sein de la CGT. La CES a appelé à voter «oui» au TCE. Bernard Thibault s’est aussi prononcé pour le “oui”. Le Comité confédéral national de la CGT, lui, s’est prononcé contre. Il faudrait que Bernard Thibault s’explique là-dessus. Comme ils devraient s’expliquer, lui et ses proches collaborateurs, sur leur volonté de débarrasser la CGT du poids outrancier des communistes. Tout le monde dit qu’il s’agit du dernier mandat de Bernard Thibault à la tête de la CGT. Mais je prends date avec Marianne : je suis convaincu qu’il finira Secrétaire général de la CES...


«Quand la CGT vient sur le terrain de la CGC, l’original est toujours préféré à la copie!»

Nicolas Sarkozy a tout de même offert à la CGT un formidable cadeau en échange de ses bons et loyaux services avec la réforme de la représentativité. Une réforme qui vise à renforcer la CFDT et la CGT puisque, à l’issue des élections professionnelles, ne peuvent désigner un délégué syndical que les organisations qui ont atteint le seuil de 10% des voix ? 

Il est clair que les stratèges de la CGT ont vu d’un bon œil cette réforme. Dans les « tôles », les mecs de la CGT, à l’époque de l’accord sur la représentativité, disaient : « C’est l’accord du siècle : ça va mettre les mecs au boulot ». C’est atroce comme raisonnement. J’ai entendu des militants de la Fédé des métaux dire : « Dans les PME, les mecs qui ronronnent, c’est fini. Il va falloir qu’ils aillent gagner leurs voix ! » Sauf que, quand dans le même temps la CGT vient sur le terrain de la CGC — qui, par essence, est l’organisation patronale de collaboration — l’original est toujours préféré à la copie ! C’est l’original qui rafle la mise ! Avec l’accord CGT-CFDT sur la représentativité, la CGT Renault-Billancourt par exemple n’existe plus. On ne l’a pas lu beaucoup dans la presse ça ! Ils n’ont pas fait une conférence de presse pour l’annoncer ! 

Cette stratégie de dire « en dessous de 10% vous n’existez plus », il faut avoir des forces pour faire ça. Et les forces de la CGT réduisent à vue d’œil. La CGT lors de son dernier congrès déclarait 700 000 adhérents dont 150 000 retraités. L’objectif du 48e congrès était d’arriver au 49e congrès avec 1 million d’adhérents. Ils en ont perdu. Ils ne sont plus qu’à 650 000 ! 

C’est la même chose pour les élections prud’homales. On a gagné 2%. Mais c’est à la fois vrai et faux. C’est vrai, mais avec 74% d’abstention. L’analyse que nous faisons de ces élections prud’homales, c’est que l’événement politique, c’est cette abstention. On ne peut pas dire, quand il y a 60% d’abstention dans une élection politique, que c’est grave pour l’avenir de la démocratie et puis, quand c’est une élection syndicale et qu’il y a 74% d’abstention, que gagner 2% est une grande victoire. Il y a une contradiction qui n’est pas tenable.   

  

La CGT n'en est pas à sa première contradiction. En 1968 — une période que vous connaissez bien — la CGT, craignant d’être débordée sur sa gauche, s’est aussi montrée « responsable » ?  

Henri Krasucki qui avait été déporté me disait souvent : « Qu’est ce que je peux en avoir marre de ces historiens qui veulent nous expliquer comment ça se passait dans les camps. Nous, on y était. » 1968, comment ça se passe ? Premièrement il y a des déclencheurs. Et je suis convaincu qu’il y en aura encore. C’est pour ça que Sarkozy dit à ses cordons de flics : « Faites gaffe, pas de bavures ». Un mort, c’est terrible : ça déclenche un truc. En 1986, la mort de Malik Oussekine par exemple. Gay-Lussac en 1968, il n’y avait pas eu de mort, mais il y avait eu un matraquage monstre. Cette année, l’élément déclencheur, ça aurait pu être les événements en Guadeloupe. Un mec comme Eli Domota, il aurait fallu le faire venir pour un meeting. Vous faites ça dans un stade avec 30 000, 40 000 mecs qui forment une avant-garde. Quand ils rentrent dans leur « tôle » après le meeting, ils sont galvanisés ! 

Mais avant cet élément déclencheur, vous avez surtout un climat, un mouvement qui monte dans le monde ouvrier et qui gagne aussi très fort le monde enseignant. En 1968, Georges Séguy (le secrétaire général de la CGT de l’époque, ndlr) avait entretenu ce climat. 

Le rôle de Thibault, ce n’est pas dire un beau matin «tout le monde arrête de travailler et descend dans la rue». C’est de cultiver ce climat, c’est de cultiver cette idée-là pour la faire mûrir. Et quand elle est mûre, ça part. Les mecs n'ont plus besoin de capitaines. Les états-majors syndicaux — la CGT en tête — ne cultivent pas ça. Ce n'est pas en lançant un mot d'ordre tous les mois et demi comme ils l'ont fait, qu'on y arrive. Si Bernard Thibault ne faisait même que copier Georges Séguy, je me tairais !  

www.marianne2.fr

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-12-2009 à 09h28

 Bernard Thibault, le fossoyeur de la CGT ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

La CGT tient son gongrès en ce moment à Nantes. Bernard Thibault devrait être reconduit à la tête de la centrale syndicale sans problème. Pourtant, pour la première fois la contestation interne se fait entendre, et la ligne officielle qui tend de plus en plus à accompagner le capitalisme et non plus à le combattre, cette ligne donc ne fait plus l'unanimité.

L'élément déclencheur est bien évidemment la stratégie de la CGT et des autres centrales lors des grandes manifestations de janvier et mars, que personne n'a compris. Mais cela avait déjà commencé dès la réforme du régime de retraite des cheminots pour lequel Mr Thibault est suspecté de cogestion avec le chef de l'état. Par la suite il y a eu tous ces mouvements locaux dont la presse s'est fait abondamment l'écho, où la direction du syndicat a laissé de courageux militants de terrain se débrouiller seuls.

Evidemment, la direction sortante peut se targuer de voir le nombre de militants augmenter et d'avoir gagner les élections prud'hommales. C'est oublier qu'en période de crise, où la défense des salariés est plus que jamais nécessaire, le taux de syndicalisation en France reste trop faible. De même, aux prud'hommales, l'abstention était très forte, et les électeurs n'ont choisi la CGT en grande partie à cause de son image de syndicat radical, c'est à dire à l'opposé de la politique menée aujourd'hui.

Bernard Thibault dirigera donc la CGT pour encore trois ans. On peut se demander ce qu'il compte faire de son mandat. On peut surtout s'inquièter pour le monde du travail si la CGT quinze ans après la CFDT rend à son tour les armes et cède aux sirènes du réformisme et de la cogestion.

reverdenouveau.canalblog.com/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-12-2009 à 09h25

 Non à la loi ORTF Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

La loi relative à l’Organisation et à la Régulation des Transports Ferroviaires va accélérer l’éclatement du système ferroviaire et le démantèlement de la SNCF.

La loi du 8 décembre 2009 relative à "l’organisation et à la régulation des transports ferroviaires et portant diverses dispositions relatives aux transports" ( JO du 9 décembre 2009) porte un nouveau coup de boutoir au système ferroviaire intégré.

Cette loi modifie en profondeur la Loi d’Orientation des Transports Intérieurs de 1982 :

  • L’exigence d’une comptabilité séparée pour la gestion des gares à compter du 1er janvier 2011 « lorsqu’elle est gérée par la SNCF » est sans équivoque sur le devenir ( cession ou filialisation) de la branche " gares et connexions" déjà mise à l’index par l’autorité de la concurrence le 4 novembre 2009.
  • La création d’un « service gestionnaire des trafics et des circulations » au sein de la SNCF doté d’un budget propre avec un directeur nommé et destitué par décret du premier ministre est une organisation inédite au sein de l’EPIC SNCF ! Au sein de ce service, une commission présidée par un juge judiciaire rendra un avis sur la compatibilité d’une demande de retour d’un agent de ce service au sein d’un autre service de la SNCF.
  • Des entreprises privées pourront avoir la qualité de "gestionnaire d’infrastructure". C’est la voie ouverte à la privatisation de l’infrastructure ferroviaire.
  • Enfin, le réseau est ouvert à la concurrence pour les services internationaux de voyageurs à compter du 13 décembre 2009. Les conséquences seront désastreuses pour les conditions de travail des cheminots européens mais également pour la sécurité de l’exploitation ferroviaire.

Cette loi de libéralisation et de casse du service public ferroviaire crée une autorité de régulation réduite à la dimension ultra-minimaliste de “gardien de la concurrence libre et non faussée” sur le réseau, pour le seul profit du gestionnaire des infrastructures ferroviaires (RFF). Ce dernier continue à n’être soumis à quasiment aucune contrainte en ce qui concerne les conséquences de ses décisions sur le service ferroviaire final rendu aux usagers – c’est-à-dire le transport –, contrairement à ce qui a été prévu, au moins partiellement, pour la C.R.E dans le secteur l’énergie ou pour l’A.R.C.E.P. dans celui des télécoms. »

Nul doute que l’autorité de régulation des activités ferroviaires veillera « à ce que les conditions d’accès au réseau ferroviaire n’entravent pas le développement de la concurrence »…quand un régulateur est mis en place, c’est bien pour démanteler l’entreprise qui était en situation de monopole. Étrangement, cette nouvelle autorité de la concurrence ferroviaire n’a aucune prérogative pour lutter contre le dumping social dans le secteur ferroviaire !

La fédération des syndicats SUD-Rail demande la réintégration de RFF au sein de la SNCF et l’arrêt du démantèlement du service public ferroviaire.

SUD-Rail

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-12-2009 à 09h22

 Une décision de Justice passée bien…inaperçue…. Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

A part dans le journal “Le Monde”, je n’ai pas vu cette information, pourtant d’importance, reprise par d’autres médias et surtout pas par …Le Figaro…..

La justice reconnaît à des salariés de l’Allier le

droit d’occuper leur usine

LE MONDE | 09.12.09 | 14h30

 

La trentaine de salariés occupant l’usine Fruprep de Saint-Yorre (Allier) depuis le 7 octobre ont reçu le renfort de la justice. Dans un arrêt rendu mardi 8 décembre, la cour d’appel de Riom (Puy-de-Dôme) a débouté la direction qui lui demandait d’ordonner, au nom du droit à la propriété privée, leur expulsion. La cour estime que c’est la direction de cette société de préparation de fruits qui a “elle-même” engendré le trouble en ne respectant pas le droit du travail : “L’employeur avait décidé l’arrêt des activités sans information ni consultation préalable des instances représentatives ni mise en oeuvre d’une procédure de licenciement collectif pour motif économique”. En première instance, le tribunal de Cusset (Allier) avait déjà, le 23 octobre, débouté la direction et avait estimé que “si le droit de propriété est un droit qui mérite d’être sauvegardé et protégé, le droit du travail est un droit constitutionnel qui mérite plus d’attention encore”.

Manuel Armand

 

 

Bien entendu, je me félicite d’une telle décision, et surtout de ses motivations juridiques qui, je l’espère, feront jurisprudence.

 

Mais je n’ai pu m’empêcher d’avoir une pensée “émue” pour tous ces auteurs de bloc-notes ultra-libéraux qui, a longueur de billets nous distillent savamment que le droit de propriété des patrons sur leur entreprise prime toute autre considération….

Heureusement, il s’est trouvé des juges qui en ont…jugé autrement !

blog de jacques

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 11-12-2009 à 20h07


|<< | 1 |  2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 24-11-2007 à 02h39 | Mis à jour le 12-12-2009 à 09h38 | Note : 7.50/10