Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

SUD-RAIL-CERBERE
sud-rail-cerbere

Le site de Sud-Rail Cerbère

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- vidéos, audio et photos
- actus des autres syndicats
- actualités
- coup de gueule
- droit de retrait, droit d'alerte, rapport préventifs, préavis de gréve

5 DERNIERS ARTICLES
- Guide du manifestant arrêté
- Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers?
- Bernard Thibault, le fossoyeur de la CGT ?
- Non à la loi ORTF
- Une décision de Justice passée bien…inaperçue….
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le syndicat Sud ne connaît pas la crise
- Dominique Malvaux (Sud-Rail Paris St Lazare)
- Trombinoscope.
- La gréve des cheminots par J-P Pernaut (TF1)
- Calomnie aux DP EEV Languedoc Roussillon
- CHRISTIAN MAHIEUX, Le Parisien du 26/01/09
- Grève nationale le 29 janvier 2009
- Info 1ére table ronde du 29/11
- J'assume !!!!
- Rappelez vous, pour Sarkozy, beaucoup de choses étaient claires

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
<< Août >>

BLOGS FAVORIS
1.Levengeurmasque
2.Las-ocas-cerbere
Ajouter sud-rail-cerbere à vos favoris

LIENS FAVORIS
- film streaming vf
- film en streaming
- denver airport shuttle
 SNCF : le terrible aveu de la direction Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Olivier Bonnet




Alors que la SNCF connaît aujourd'hui un mouvement de grève national, une phrase prononcée par Pierre Blayau, directeur de SNCF, sonne comme un terrible aveu : "Les syndicats considèrent à juste ou mauvais titre que la SNCF doit délivrer un service public. C'est une approche qui, de mon point de vue, est contestable." Tout est dit.
 

Petites infos a savoir sur Pierre Blayau
 
Le 30 juin 2004

Pierre Blayau en garde à vue

www.apicmx.com


Pierre Blayau, ancien PDG de Moulinex, a été placé en garde à vue mardi en début d'après-midi à la brigade financière, à Paris, dans le cadre d'une enquête judiciaire pour "banqueroute par détournements d'actifs", a-t-on appris de sources policière et judiciaire.



L'ancien PDG du fabricant Moulinex, Pierre Blayau, en garde à vue

Les Echos

Pierre Blayau, ancien PDG du fabricant de petit électroménager Moulinex, a été placé en garde à vue hier en début d'après-midi à la brigade financière, à Paris, dans le cadre d'une enquête judiciaire pour « banqueroute par détournements d'actifs », ont indiqué hier des sources policière et judiciaire. M. Blayau, cinquante-trois ans, est, depuis janvier 2001, PDG du groupe français de transport et de logistique Geodis, filiale de la SNCF. Après avoir dirigé Pont-à-Mousson (groupe Saint-Gobain) et Pinault-Printemps-Redoute, il était entré chez Moulinex en 1996 et avait assuré la présidence du groupe jusqu'à sa fusion avec El.Fi SA (Brandt), en décembre 2000.

La brigade financière, sur commission rogatoire du juge Richard Pallain à Nanterre (Hauts-de-Seine), enquête depuis novembre dernier sur les conditions du dépôt de bilan de Moulinex, le 7 septembre 2001. Elle se demande en particulier si le groupe n'était pas, de fait, en état de faillite virtuelle dès la fin de 1999, juste avant le lancement d'une augmentation de capital de 800 millions de francs destinée à financer un nouveau plan de redressement concocté par Pierre Blayau (« Les Echos » du 17 mai 2004).

Dans le cadre de cette enquête, cinq personnes ont déjà été mises en examen : Xavier Cottereau, ancien directeur financier d'Ef.Fi SA-Brandt et Patrick Puy, PDG de Moulinex de décembre 2000 à septembre 2001 ; puis François Carrière, ex-directeur général adjoint des finances et bras droit de Pierre Blayau chez Moulinex, Véronique Piegts, ancienne directrice du financement et de la communication financière, et enfin, le 24 juin, Alain Grimm-Hecker, ex-directeur marketing. Les enquêteurs ont remonté peu à peu la hiérarchie du groupe et la garde à vue de M. Blayau est la suite logique de ces investigations qui pourraient se poursuivre par l'audition des frères Nocivelli, propriétaires d'El.Fi, et des commissaires aux comptes.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-10-2009 à 08h02

 FRET : 9 agents SNCF irradiés par des pollutions radioactives Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Lors d’une réunion nationale sur les matières dangereuses, le médecin du travail a indiqué que neuf tests relatifs à la recherche de contamination radioactive se sont révélés positifs...

Ces tests ont été effectués à partir de prélèvements réalisés au cours du dernier trimestre 2008 et du premier trimestre 2009 sur des salariés travaillant sur le site d’Arcelor-Mittal de l’aciérie de Gandrange (entre Metz et Thionville) et sur le site de Clonas sur Varèze (Isère).

Ainsi, neuf agents SNCF ont été contaminés par des pollutions de matières radioactives de surface entre septembre 2008 et mars 2009, sans qu’aucune information ne soit transmise avant mi octobre 2009, c’est inadmissible. Personne ne sait actuellement  d’où vient cette contamination surfacique (Écoulement, étanchéité…), cela étant, des salariés ont été touchés, le sont peut-être encore et les faits peuvent se reproduire. L’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) avise normalement le directeur d’établissement ainsi que le médecin du travail lorsque l’analyse d’un dosimètre se révèle positive. Suite aux incessantes restructurations du FRET, il n’y a actuellement plus d’interlocuteur.

La fédération SUD-Rail dénonce l’absence de médecin depuis le 01 septembre 2009 au cabinet médical du site de Thionville et dans plusieurs autres cabinets médicaux SNCF.

SUD-Rail exige que les contrats signés entre l’IRSN et les établissements SNCF fassent état d’une obligation d’informer immédiatement les membres des CHSCT ainsi que ceux du Comité National Hygiène Sécurité et Conditions de Travail en cas de problème. Une enquête demandée par le Groupe National Matières Dangereuses est en cours via les CHSCT concernés.

Dans l’attente des conclusions et afin de préserver la santé des salariés, la fédération SUD-Rail exige un renforcement des mesures de surveillance « en temps réel ».


www.sudrail.fr/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-10-2009 à 07h39

 2 articles du collectif des milles Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

LA HONTE SOIT SUR EUX !


« La honte soit sur eux ! » est l’intertitre d’un tract du syndicat CGT de Paris 12 intitulé : « France Telecom, laboratoire de la SNCF ? » que nous publions ICI.

Par un spécialiste de la souffrance au travail !

Ce tract a été rédigé par un dirigeant du syndicat, spécialiste  de la souffrance au travail !   

Et pour cause ! On retrouve dans ce document l’évocation des souffrances infligées à Malika et Pierre dans le cadre du harcèlement qu’ils subissent de la part de leurs employeurs CGT du CE SNCF Clientèles.

Comment, un syndicaliste CGT peut-il produire un tract dénonçant des souffrances supposées chez les cheminots en s’appuyant sur les éléments d’un harcèlement, bien réel celui-là, qu’il a contribué, avec d’autres, à mettre en place vis à vis de ses propres adhérents ?

Tout y est !

Car, tout y est ! Entre l’évocation d’un « management criminel, imbécile » celle des « vies perdues, gâchées »  ou « la cruauté dans le traitement des gens » , tout cela correspond aux violences faites à Malika et Pierre qui ont amené à la condamnation pour harcèlement moral et au refus de licenciement de Pierre par le Ministère de l’emploi


Ce sont LEURS méthodes !

La dénonciation de la « dissimulation des décisions », de la « dilution des responsabilités » ou « le contournement systématique des IRP », correspondent en tous points aux méthodes utilisées par des dirigeants du syndicat CGT pour introduire le recours hiérarchique à Hortefeux , présenter LEUR vérité aux élus des autres Organisations Syndicales.

Quant à l’entrave systématique au mandat DP de Pierre, elle n’est plus à démontrer 

Condamnation des politiques menées... par la CGT ?

Et que dire de la condamnation de « politiques assises sur la suffisance ou le mépris »« qui jouent avec la vie des gens, qui rendent malades » ?
ou de celle des politiques

Indifférence, mépris et bassesses

Les dirigeants du syndicat CGT de Paris 12 ont toujours refusé de répondre aux appels aux secours de leurs propres adhérents victimes de harcèlement.

Pire, ils ont répandu des calomnies ignobles à leur sujet, allant jusqu’à remettre en cause la réalité de leur maladie et faire courir le bruit que les arrêts cardiaques de Pierre étaient de la pure invention !

Parler de suffisance et de mépris dans ces conditions cela confine à la perversité la plus totale…

Une conclusion "solennelle"

Les conclusions de ce tract sont à mettre en lumière dans ce contexte et à verser au registre de l’Incantatoire au vu de ce qui précède :

•    « la CGT ne laissera pas une minorité et leurs zélés collaborateurs, humilier, briser les agents au point que certains, pour échapper à l’enfer mettraient fin à leurs jours » 

•    « La CGT ne laissera pas brouiller les pistes des responsabilités en se défaussant sur les victimes de leurs politiques toxiques »

•    « La CGT dénoncera leurs manipulations, ira chercher les responsabilités là où elles sont, à chaque fois que la dignité d’un salarié sera bafouée »

Autocritique ou tentative d'ouverture de parapluie ?

Sauf à penser que ce tract serait une autocritique dictée par l’Inconscient (allez savoir !), tout laisse penser qu’il correspond à une stratégie de défense dans le cadre des procédures judiciaires en cours et à venir…

Il en est de même pour une réunion sur le souffrance au travail organisée le 9 octobre dernier au secteur CGT des centraux, animée par un dirigeant du syndicat CGT de Paris 12, à l’intention des syndiqués CGT des directions centrales.

Ecrans de fumée...

Ces écrans de fumée cherchent à faire diversion mais ne tromperont pas grand monde lorsque l’ensemble des faits auront été portés à la connaissance du public et des cheminots. 

Il n’y aura alors rien d’autre à dire que :
LA HONTE SOIT SUR EUX !


HARCÈLEMENT ET ACHARNEMENT JUDICIAIRE

Certains élus et dirigeants du CE SNCF continuent leurs abominations !

Fuite en avant

Le 22 octobre 2009 la CGT a fait voter en réunion du CE, une délibération mandatant un cabinet d’avocat de Lille pour demander à la justice administrative, l’annulation de la décision du 21 août 2009 du Ministère de l’Emploi qui avait refusé le licenciement de Pierre, salarié et délégué du personnel du CE SNCF Clientèles.

Tous ensemble... à la CES

A la demande de la CGT et avec l’appui de la CFDT, cette délibération a fait l’objet d’un vote à bulletin secret. C’est la première fois depuis l’origine du CE SNCF Clientèles en avril 2000 qu’une telle procédure est utilisée.

Cohérence ?

Il est d’autant plus étonnant que les élus aient accepté de voter ce texte alors qu’ils n’avaient jamais été informés ni consultés sur la procédure initiale déposée le 19 mars 2009, par la secrétaire du CE Clientèles sans mandat des élus.

Comment peut-on accepter de voter sur les conséquences d’une décision dont on a été écarté délibérément précédemment ?

Tentative de dilution

Sans oublier que cette délibération engage l’ensemble du Comité ce qui arrange la CGT qui espère ainsi diluer ses responsabilités dans les harcèlements mis en œuvre.

Ce nouvel épisode confirme de manière éclatante le « pacte » existant entre CGT et CFDT au sein du CE Clientèles pour liquider les salariés qui dérangent.

  • Comment peut-on faire le choix de continuer à s’acharner ainsi sur des salariés lorsque l’on est soi-même syndicaliste et que l’on s’offusque, au même moment, des souffrances au travail à France Telecom ou ailleurs ?

  • Comment 6 représentants du personnel sur 11, censés défendre les cheminots du CE SNCF CLientèles, ont-ils pu voter une telle délibération, en leur âme et conscience ?

  • Comment et sur quels critères ont-ils pu se forger une opinion alors que seule la version des harceleurs directs leur a été communiquée ?

Pourquoi, aucun, n’a jamais essayé de contacter Pierre pour avoir SA version des faits ou simplement prendre des nouvelles de sa santé après ses arrêts cardiaques du 4 mars 2009 ?

Les faits sont têtus !

Ne se sont-ils pas interrogés sur les raisons et surtout les faits qui avaient amenés trois inspecteurs du travail successifs, un directeur départemental du travail et le ministère de l’Emploi à aboutir aux même conclusions et à rejeter la demande de licenciement de Pierre ?

Que cherchent-ils vraiment ?

Sont-ils conscients que ce nouvel épisode de l’acharnement contre Pierre met gravement en cause sa santé, rendue très fragile par les violences subies depuis plus de trois ans :

  • Février 2008 : tentative de modification de son contrat de travail pour le licencier, manœuvre qui sera empêchée par l’inspection du travail
  • Entraves systématiques et permanentes à son mandat de DP qui amèneront l’inspecteur du travail, fin 2007 à adresser au CE SNCF Clientèles une « mise en demeure avant poursuites pénales »
  • A partir de mi-2008, agressions et provocations diverses de la part de ses employeurs qui amèneront à un dépôt de main courante au commissariat et à un droit de retrait fin octobre 2008 de la part de Pierre.
  • Décembre 2008 : lancement de la procédure de licenciement avec demande d’autorisation de licenciement à l’inspection du travail
  • Janvier 2009 : confrontation chez l’inspecteur du travail. A cette occasion, l’employeur ment à plusieurs reprises et produit de faux documents pour tenter d’obtenir coûte que coûte le licenciement de Pierre
  • 4 mars 2009 : suite à des agressions violentes de la part de ses employeurs, Pierre est victime de quatre arrêts cardiaques et est sauvé miraculeusement. L’employeur refuse de réaliser la déclaration d’accident de trajet et ne prendra jamais des nouvelles de Pierre
  • 19 mars 2009 : la secrétaire du CE Clientèles, sans autorisation dépose un recours hiérarchique au ministère pour demander le licenciement de Pierre alors que celui-ci est toujours hospitalisé en soins intensifs à la Pitié. Dans le mémoire produit à cette occasion figurent des faux, toujours pour tenter d’influer sur la décision du ministre.

Cette liste est très longue et pourtant non exhaustive ! Alors que ces agissement cumulés et répétitifs l’on déjà rendu inapte au travail, que recherchent-ils maintenant en continuant à s’acharner ainsi sur Pierre ?

Incapable de tenir leurs engagements !

Lorsque la CGT avait été interpellée, lors du CE de mai 2009 sur l’existence du recours hiérarchique, le Représentant Syndical CGT avait expliqué que c’était « par principe » que la CGT saisissait le Ministère et qu’à ce titre, la CGT respecterait la décision du ministère.

Nous savons maintenant ce que valent la parole de ces tristes personnages qui se permettent de continuer à pourchasser les salariés en utilisant sans vergogne des dizaines de milliers d’euros de dotation sociale des cheminots…

...Avec la bénédiction de la CGT, à tous les niveaux.

milleuros.canalblog.com/


  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-10-2009 à 06h39

 Brard "C'est en vie humaine qu'on paye les dividendes..." Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

En fin de compte l'amendement demandant de taxer de 10% les banques a été rejeté par l' UMP

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-10-2009 à 06h20

 La taxe de Copé ne passe pas Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a émis mardi un avis négatif sur le projet de taxe sur les indemnités versées aux victimes d'accidents du travail.

C'était un projet qui tenait à Jean-François Copé, chef de file des députés UMP. Le projet de fiscalisation des indemnités journalières versées aux victimes d'accidents du travail a toutefois peu de chances d'être concrétisé. En effet, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a émis un avis négatif sur le projet de taxe. "L'abandon de ce projet serait le bienvenu dans l'immédiat", écrit le président du CESE, Jacques Dermagne, au président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer. Ce projet "pourrait, en revanche, trouver sa place dans le cadre d'une remise à plat de l'ensemble de notre système de prélèvements fiscaux et sociaux", nuance-t-il.

Pour le président du groupe socialiste de l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, "c'est une gifle cinglante pour monsieur Sarkozy et Jean-François Copé". "C'était un acte choquant, une initiative choquante et le Conseil économique et social a apporté une réponse qui n'est pas vraiment une surprise s'agissant des partenaires sociaux mais qui, pour la majorité, est une claque supplémentaire", a-t-il déclaré à l'agence de presse Reuters.

Un gain minime pour une taxe impopulaire

Défendue corps et âme par Jean-François Copé, cette mesure pourrait faire l'objet d'un amendement au projet de budget pour 2010. Avant la publication de l'avis du CESE, le ministre du Budget, Eric Woerth, avait réaffirmé le soutien du gouvernement à cet amendement. Et ce malgré la réticence de François Fillon, qui critiquait à la fois l'hyperactivité du président du groupe UMP à l'Assemblée, et un projet de taxe bancal.

Une partie de la majorité s'oppose d'ailleurs à cette mesure qui passe mal dans l'opinion, à cinq mois des élections régionales, alors que le gain d'une telle taxe ne serait estimé qu'à seulement 150 millions d'euros. De plus, Nicolas Sarkozy a fait campagne, pour la présidentielle de 2007, en promettant de ne pas créer de nouvel impôt. Une promesse que l'opposition n'a pas manqué de rappeler lors du débat sur la taxe carbone, en septembre.

Selon le Conseil économique et social, l'équité et la justice sociale interdisent de prendre une mesure qui revêtirait "un caractère parcellaire désavantageant une catégorie de la population". Les accidents du travail pesant déjà sur les droits à la retraite des victimes, "il semble injuste de les stigmatiser par une mesure spécifique", poursuit-il. L'opposition, les syndicats, des associations familiales mais aussi le Medef se sont déjà montrés hostiles au projet de fiscalisation. L'avis du CESE, qui pèse souvent dans le vote des parlementaires, pourrait bien inciter Jean-François Copé à revoir sa copie.

www.lejdd.fr

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 16-10-2009 à 00h46


|<< <<<  1   2   3   4  | 5 |  6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 24-11-2007 à 02h39 | Mis à jour le 12-12-2009 à 09h38 | Note : 7.50/10