Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

SUD-RAIL-CERBERE
sud-rail-cerbere

Le site de Sud-Rail Cerbère

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- vidéos, audio et photos
- actus des autres syndicats
- actualités
- coup de gueule
- droit de retrait, droit d'alerte, rapport préventifs, préavis de gréve

5 DERNIERS ARTICLES
- Guide du manifestant arrêté
- Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers?
- Bernard Thibault, le fossoyeur de la CGT ?
- Non à la loi ORTF
- Une décision de Justice passée bien…inaperçue….
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le syndicat Sud ne connaît pas la crise
- Dominique Malvaux (Sud-Rail Paris St Lazare)
- Trombinoscope.
- La gréve des cheminots par J-P Pernaut (TF1)
- Calomnie aux DP EEV Languedoc Roussillon
- CHRISTIAN MAHIEUX, Le Parisien du 26/01/09
- Grève nationale le 29 janvier 2009
- Info 1ére table ronde du 29/11
- J'assume !!!!
- Rappelez vous, pour Sarkozy, beaucoup de choses étaient claires

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
010203
04050607080910
11121314151617
18192021222324
252627282930
<< Juin >>

BLOGS FAVORIS
1.Levengeurmasque
2.Las-ocas-cerbere
Ajouter sud-rail-cerbere à vos favoris

LIENS FAVORIS
- film streaming vf
- film en streaming
- denver airport shuttle
 CSP site a visiter, texte a lire Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

TROUVE SUR COMITE DE SALUT PUBLIC

On a les lecteurs qu'on mérite...

...et les miens sont formidables. J'en veux pour preuve le texte fort pertinent et fort goûtu que Lelol m'a envoyé et qui est digne d'être publié en ces lieux, ce qui assurément est gage de la qualité la plus exquise. Régalez vous :

"Madame, Monsieur,

Je vous soumets par la présente ma candidature pour un poste à responsabilité à votre convenance dans votre coterie. Mon profil devrait vous intéresser au plus haut point. En effet, étant moi même un brigand de haut vol, je pense avoir toutes les compétences requises pour intégrer votre bande dynamique et ingénieuse, passée maîtresse dans l'art de détrousser les plus pauvres, tout en flattant l'ego surdimensionné des petits potentats locaux, et des baronnets du Medef de votre terroir.

Votre renommée, la réputation de sérieux de votre établissement, ainsi que la beauté quasi-Olympienne des résultats de votre maison mère pour l'année en cours m'ont très vite décidé à proposer à votre gang mes multiples talents. C'est en étudiant de façon approfondie vos fantastiques méthodes managériales innovantes et votre relation clientèle (certes, elle, un peu dépassée, mais toujours relativement efficace) que l'idée s'est tout naturellement imposée à moi de mettre à profit dans votre bande organisée mes prédispositions à écraser sous mon talon quelque « loquedu » miséreux quand l'occasion se présente.

Ainsi, mon absence totale de scrupules et d'humanité sont des atouts que je saurai faire valoir avec détermination dans l'exercice des tâches qui me seront confiées. Fort de mon expérience de 15 ans dans la mise en place et le développement d'un réseau de grand banditisme toujours très actif dans le secteur du détournement de « pensions de petites vieilles » dans la banlieue de Ploumazout (Finistère), je me propose de mettre à la disposition de votre remarquable organisation criminelle mes compétences organisationnelles et communicationnelles. Mes principaux points forts sont l'élimination de la concurrence, des cosmopolites, des impécunieux, et des associations de consommateurs, sans oublier, bien sûr le petit personnel (par définition peu sûr, probablement alcoolique et – j'ose à peine le dire – syndiqué).

De plus, mon absence totale de connaissances dans le domaine du courtage, et ma mobilité géographique (à vos frais, cela va de soi) me destinent tout naturellement à un poste de responsabilité sur une place boursière. Je me fais fort de dilapider en un temps record quelques-uns de vos milliards, laborieusement soutirés aux serfs de notre système. Cet argent ne m'appartenant pas, pas plus qu'à vous d'ailleurs, le bonheur de le voir partir en fumée n'en est que plus paroxystique.

Pour mener cette tâche à bien, je me propose de n'investir que sur des marchés hasardeux (Junk-bonds type Ambac, Freddy Mac..) ou pays émergeant (Tibet ou Myanmar) à l'exclusion de toute diversification ; les placements dits « à risque » étant sujets à trop d'aléas. Mes méthodes d'avant garde me permettront, qui plus est, de faire porter le chapeau à quelque « jeune con » aux dents longues tout droit sorti d'une de ces pédantes écoles de commerce de Trifoully-les-oies (ou encore à n'importe lequel de vos employés qui vous indispose).

Une fois ce programme réalisé, nous passons à la deuxième phase du projet, au cours de laquelle mon sens inné de la communication me permettra sans aucune honte d'aller exiger auprès des instances régionales et nationales, ainsi qu'auprès des élus permanents de la République un renflouement rapide de « nos » caisses, en suggérant discrètement une nationalisation temporaire, tant il vrai que la question de la socialisation des ressources publiques me tient à cœur. Et quoi qu'il en soit, cette petite dizaine de milliards prélevée au choix sur le budget de la santé ou de l'éducation ne représentant qu'une infime différence par tête, sachons prendre l'argent où il est, et l'utiliser intelligemment, c'est à dire, à notre profit, à nous les nantis ……

En outre, j'ai mis au point de nouvelles méthodes de gestion clientèle, puisque aussi bien, notre métier est le seul qui fasse exception à la règle qui voudrait que le client soit roi. A titre d'avant goût, je consens à vous soumettre une de mes nombreuses idées novatrices (j'avoue m'être contenté, dans ce cas d'espèce, d'observer votre méthode, et en avoir simplement amélioré l'impact) :

Prenons un client Lambda, catégorie blaireau assisté, industrieux, et célibataire, qui, malgré l'acharnement qu'il montre à essayer d'équilibrer son budget de 3 ou 4000€ mensuels ( ? – désolé, je ne connais pas le montant exact du SMIC actuellement !), finit irrémédiablement son mois affublé d'un découvert d'environ 100€. Eh bien, plutôt que de lui envoyer un courrier alambiqué, destiné à lui suggérer de changer d'établissement bancaire (en effet, nous n'aurons bientôt plus que faire de 12€ d'agios), je propose qu'il soit convoqué à l'Agence Centrale, et remis entre les mains de communicants experts en psychologie, qui lui feront toucher du doigt l'ampleur de sa déchéance, le poids de sa faute à notre encontre et l'incommensurable néant de son inexistence en regard de la grandeur et de la beauté de notre sacerdoce : générer rapidement du Profit à tout prix et assurer 20% de rendement pour nos chers actionnaires (avec si possible – cerise sur le gâteau – la joie de voir supplier un pauvre, ou même, extrême jubilation, le voir pleurer). Ensuite de quoi, et à titre d'exemple, il serait reconduit à l'extérieur, menotté, et sans que ses pieds touchent terre, encadré qu'il serait par deux musclés vigiles revêtant une tenue rappelant en tout point celle de la police. Reconduite effectuée en traversant la grande salle, dans laquelle les gagne-petit piétinent docilement, en attendant l'insigne honneur de pouvoir enfin entrer en contact avec de vulgaires sous-guichetiers renfrognés, qu'ils s'imaginent – veules et pauvres ignares – être des représentants du grand pouvoir de l'Argent.

Vous conviendrez avec moi, qu'avec de telles idées, notre camorra se distinguerait quelque peu des bandes rivales. Combinée avec d'autres de mes idées, mon embauche aurait l'avantage de faire passer rapidement votre établissement du statut de dispensaire à centimes pour miséreux, à celui de grande banque de classe internationale, ayant poussé dans ses derniers retranchements la dérégulation du capitalisme sauvage, en écartant la plèbe au profit de personnes de qualité partageant nos valeurs – et aux dépens du contribuable, qui plus est ! Les économies d'échelle qu'entraînerait cette restructuration en douceur et les profits à se partager seraient sans commune mesure avec les petites sommes déjà rondelettes que vous parvenez à accumuler en vous contentant d'extorquer de façon éhontée vos importuns pouilleux et insolvables.

Enfin, mon carnet d'adresse, repu d' un nombre impressionnant de parasites de tout poil (élus, patrons de presse, banquiers, assureurs, grands décideurs et petit patrons locaux …) saura, j'en suis certain, faire la différence pour cette entreprise dans laquelle je compte m'investir corps et âme, tout au long de mes 10 heures hebdomadaires à votre service.

Vous comprendrez aisément qu'avec de tels arguments en ma faveur, mes prétentions salariales ne puissent se situer en deçà de 500 k€ + prime automatique d'un montant identique versée sur un compte dont je vous fournirai le numéro, et mise à ma disposition d'un véhicule de prestige, ainsi qu'une villa de luxe. Des domestiques seraient un plus apprécié. (blanches, bien sûr, slaves de préférence).

Dans l'attente d'une réponse de votre part, qui je n'en doute pas une seconde, sera positive de par notre communauté de valeurs, je vous prie, Madame, Monsieur, d'agréer l'expression de toute ma conscience de classe, et de mon mépris profond du loqueteux smicard.

Que Dieu vous protège !

Jean-Etienne Simon de Trebouën

PS : Vous obtiendrez sans peine le volet N°3 de mon Curriculum-Vitæ, par simple courrier à : CASIER JUDICIAIRE NATIONAL. 44317 NANTES CEDEX 3"

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 15-09-2009 à 00h23

 moins indulgent avec la classe ouvriére Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 15-09-2009 à 00h18

 La SNCF et la concurrence Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Image_1.pngBeau billet que celui du Coucou qui nous explique drôlement comment Guillaume Pépy prépare la SNCF à la concurrence européenne.... Allez voir !

Il se trouve que suite à mon billet d'hier, le taulier de PMA est venu sur mon blog faire un rectificatif (justifié)  : ce n'est pas Lionel Jospin qui a décidé de la privatisation d'EDF et de GDF. Peut-être répondis-je, mais c'est bien Lionel Jospin qui a accepté la mise en concurrence sur le marché européen de ces 2 sociétés ! Ce qui revient au même ...

Je rappelais que la méthode de privatisation des sociétés en France était tout le temps la même :

1°)Il faut la libre concurrence, donc on amène les concurrents.
2°) On dit : il ne faut plus de subvention.
3°) problème : comment faire face à la concurrence sans subvention ?
4°) Il faut faire un appel public à l'épargne.
5°) Donc, on privatise.

Si je parle de cela, c'est qu'à un moment, avec Nicolas J, nous avons évoqué le cas de la SNCF. La mise en concurrence du transport ferroviaire  devrait aboutir à la privatisation de la SNCF. Cela sera plus dur certes, du fait de la syndicalisation forte de cette Société. Mais c'est le but, soyons en sûr.

Alors le Pouvoir est prêt à employer tous les moyens pour y arriver : démembrement (cela a déjà eté fait avec le fret non ?), séparation de la SNCF d'avec réseau ferré de France ...

La question n'est plus de savoir si la SNCF va être privatisée, mais quand ?


loco.jpgC'est bizarre ! Le 19 mais je parlais de la mise en concurrence de la SNCF sur le territoire français.

Depuis, il y a eu le 20 mai et la paralysie du réseau SNCF  suite à un accident causé par un train d'ECR (filiale de la Cie allemande Deutsche Banh).

Un article de l'humanité, revient sur l'incident. Ainsi on apprend le train ECR a été impliqué quelques instants auparavant dans un premier incident, sans que cela n’aboutisse à ce qu’il soit stoppé. Ainsi, le communiqué de la CGT du secteur de Bordeaux fait état « d’un premier heurt » survenu avec un autre train de marchandises. De moindre gravité, ce choc n’a pas contraint les deux convois à s’arrêter. Néanmoins, lors du changement de mécanicien en gare d’Angoulême, le nouveau conducteur du train SNCF, constatant les dégâts, a refusé de repartir.

En tous les cas, les syndicats dénoncent ces conséquences de la libéralisation du réseau et disent-ils "la recherche du profit conduit les entreprises à économiser sur les organisations du travail, les conditions sociales, les procédures réglementaires et les formations" (sud-rail).

Ce que conteste le secrétaire d'Etat au transport. Il n'y a pas de lien entre l'accident et la mise en concurrence du réseau ferré.

Une chose est certaine : quand Margaret Thatcher a privatisé le réseau ferré, les lignes n'ont plus été entretenues, et les accidents se sont à un moment multipliés.

Mais bon, s'il faut une mise en concurrence ...

jen-airienadireetalors.20minutes-blogs.fr/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-05-2009 à 13h04

 LA CGT : HORTEFEUX COMME RECOURS ! Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

La lecture du recours honteux déposé par le CE Clientèles auprès du Ministre du travail par le CE Clientèles est sidérant à plus d’un titre.

Pour obtenir, coûte que coûte, le licenciement de Pierre, ses employeurs CGT sont prêts à tout :

1/ Attaques systématiques contre l’inspection du travail :

Tout au long du mémoire déposé par l’avocat lillois de FIDAL, le CE Clientèles dirigé par des « syndicalistes » met en cause le fonctionnement et les choix de l’inspection du travail, l’accusant de tous les maux, toutes les erreurs, tous les dysfonctionnements… C’est bien évidemment scandaleux lorsque l’on connaît l’importance de cette corporation, souvent le dernier rempart pour les salariés confrontés à des patrons voyous.

La CGT, sait toutefois faire appel à l’inspection du travail, lorsqu’il s’agit de défendre un cheminot menacé de licenciement . Lorsqu’il s’agit de salariés des CE SNCF, son approche est bien différente, que ce soit pour Vivi au CER de Lyon ou pour Pierre au CE Clientèles…

2/ Réécriture de faits avérés concernant pierre au sein du CE Clientèles :

Les employeurs CGT dans leur mémoire n’hésitent pas à modifier la chronologie des événements touchant Pierre pour tenter de se disculper. Il en est ainsi pour le piège tendu à Pierre en 2008 pour « construire » un motif  à la procédure pour le licencier.

Ils oublient ainsi de parler des élections DP d’octobre 2006, annulées par la justice , des obligations multiples ou des promesses de l’employeur systématiquement non tenues depuis près de trois ans vis-à-vis des DP Ils « oublient » aussi de préciser les conditions dans lesquelles Pierre a été réélu le 12 février 2009, le refus d’afficher le résultat des élections dans l’espoir que Pierre soit licencié avant, etc…

Ils oublient surtout de mentionner la situation de Pierre depuis le 4 mars 2009 allant même jusqu’à lui reprocher d’être l’instigateur de la publication des articles de 8 et 15 mars 2009 dans le blog Milleuros… pour demander au Ministre son licenciement ! Vraiment de quoi donner la gerbe à n’importe quel syndicaliste normalement constitué…

Par contre, ils n’hésitent pas à produire des documents apocryphes, pour essayer d’arriver à leurs fins et, au passage faire porter le chapeau à l’inspection du travail. 

3/ Utilisation et instrumentalisation des salariés du CE :

Pour tenter de donner une image fausse et détestable de Pierre, les employeurs CGT produisent des témoignages de trois de ses collègues. Témoignages ou plutôt, véritables délations sur commande, qui rappellent par la forme, le ton, l’enquête exhaustive réalisée à la demande des employeurs CGT pour tenter de se disculper lors de l’agression subie par Pierre le 30 octobre 2008 !

La comparaison entre témoignages et enquête exhaustive est de mise puisque les trois auteurs de ces témoignages sont aussi impliqués dans cette enquête exhaustive qui désole, à tout jamais, les militants syndicaux sincères de tous poils…

Il faudra éclaircir, les raisons qui ont pu amener des salariés et des syndicalistes à se comporter de la sorte : menaces ? Promesses d’avancement ? D’augmentations salariales ? Promesse d’un avantage personnel ? A suivre…

Le moment venu (après l’audition au ministère du travail) nous publierons les documents qui confirment ce que nous avançons.

Un sourire amer ! 

Pour terminer sur un sourire (ça devrait faire du bien par les temps qui courent) nous vous communiquons un argument de la direction CGT du CE Clientèles pour justifier de la demande de licenciement de Pierre :

« Cet acharnement (de Pierre contre la Direction du CE !) a pris la forme d’une multiplication des questions posées en sa qualité de délégué du personnel, en prévision des réunions mensuelles de cette instance, de toute évidence formulées dans la seule finalité de placer la Direction dans l’impossibilité d’y répondre de manière exhaustive ».

C’est l’aveu implicite que la demande de licenciement de Pierre est directement liée à son mandat de DP.

Pour ce qui est du fait que la CGT reproche à un élu DP CGT de faire son boulot de Délégué en essayant de faire respecter les droits de ses collègues, voilà qui est nouveau. Seraient-ce les nouvelles orientations de la CGT ?

A voir au prochain congrès confédéral…

milleuros.canalblog.com/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-05-2009 à 13h00

 La SNCF empoche 130 millions à l’insu de son plein gré Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Les pontes du BTP condamnés à rembourser près de 130 millions d’euros à la SNCF. Telle est la décision rendue le 27 mars dernier sur une entente illicite qui n’a pourtant pas fait grand bruit.

Sacrée tuile ! Les entreprises de BTP qui s’étaient entendues pour se partager les chantiers de plusieurs lignes TGV dans les années 90 se sont fait sonner les cloches par la justice. Elles vont devoir rembourser fissa jusqu’à 128,5 millions d’euros à la SNCF. Laquelle, ironie de l’histoire, s’apprête à vivre un drame cornélien.

Le BTP au banc des condamnés

C’est sans doute la déculottée judiciaire que le milieu du BTP aimerait tenir secrète le plus longtemps possible tellement elle est cuisante. Dans l’entourage de Martin Bouygues, on parle même d’« humiliation ». Malgré tout, Bakchich ne peut résister à la tentation de faire connaître cette défaite datée du 27 mars dernier.

Ce jour-là, le tribunal administratif de Paris a rendu 34 jugements. Chacun concerne un morceau de lignes TGV où une flopée d’entreprises de construction ont été convaincues d’avoir truandé la SNCF (à l’époque chargée de faire construire ces lignes) par des ententes illicites. L’affaire remonte à plus d’une décennie. Il s’agit de la ligne Paris-Lille-Calais (TGV Nord), du contournement de Lyon et de la ligne d’interconnexion en Ile-de-France, toutes construites au début des années 90.

 - JPG - 77.8 ko
© Nardo

Timide SNCF

Toutes concurrentes qu’elles soient, les boîtes de travaux publics se sont partagées le gâteau en douce et bien en amont des appels d’offre. Avantage, chacun a été servi. Et à très bon prix car les offres remises étaient évidemment arrangées à la hausse. Gain estimé par rapport à une concurrence réelle : environ 10%. L’os c’est qu’une boîte italienne a dénoncé la magouille. Si bien qu’en 1995, le Conseil de la concurrence condamne les tricheurs à une amende de 388 millions de francs, ( un petit 60 millions d’euros). Un montant record à l’époque.

Mais c’est seulement le ramdam engendré par un article de l’Express deux ans plus tard qui pousse la SNCF à chercher à récupérer l’argent qu’elle s’est fait ainsi piquer. Rester passif aurait l’air louche vis-à-vis de l’opinion. Dire que l’entreprise publique a saisi les tribunaux administratifs – compétents pour les contrats de travaux publics - à reculons n’est pas une exagération de Marseillais. Pour tout dire, elle et sa tutelle, le ministère des transports, pas très clairs sur le sujet craignent un grand déballage.

Une entente ne vaut que si elle est partagée par tous

En effet, certains de ses hauts dirigeants, comme le patron du TGV Nord Jean-Pierre Pronost, ou l’homme qui contrôle l’entreprise au ministère des transports, Claude Gressier, lui-même ex-dirigeant de la SNCF, ont joué un rôle plus qu’ambigu vis-à-vis des ententes. D’ailleurs la Cour des comptes est venue mettre son nez dans l’histoire. Elle estime que les deux responsables se sont même accordés pour remonter de 650 millions de francs le devis du TGV Nord afin de couvrir le surcoût des ententes qu’elle chiffre à 750 millions !

Il y a aussi la région Ile de France…

La SNCF n’était pas la seule sur la liste des candidats en attente de remboursement des millions d’euros arnaqués par le BTP. L’année passée, la Région Ile de France a aussi engagé une procédure en justice. Elle réclame 76 millions d’euros aux boîtes de construction qui l’ont arnaqué dans les années 1990 dans l’extravagante affaire de rénovation des marchés des lycées de la région. Déclencheur de la plainte, la condamnation pour ententes illicites en 2007 par le Conseil de la concurrence de douze entreprises de BTP titulaires de 88 marchés publics. Montant de l’amende : 47,3 millions d’euros d’amende… dont la moitié pour le groupe Bouygues. Un magnifique cas d’école que cette affaire remontant à l’époque ou le chiraquien Michel Giraud présidait le conseil régional. Le trucage des marchés s’est en effet accompagné d’une opération de financement politique occulte : une partie des sommes extorquées filait dans les caisses du RPR, du PR (Parti républicain) et du PS, un élu vert ayant également touché des enveloppes. En 2005, 47 personnes se sont retrouvées devant le tribunal correctionnel de Paris pour cette carambouille, dont une bonne partie est condamnée. Parmi eux, Michel Giraud, Michel Roussin, Louise-Yvonne Casetta ou Jean-Pierre Thomas, ancien trésorier du PR recasé depuis à la banque d’affaires Lazard etc. Reste à savoir si la voie choisie civile par Jean-Yves Dupeu, l’avocat du conseil régional est la bonne : le tribunal de grande instance et non pas le tribunal administratif comme les avocats de la SNCF.

Et puis, au même moment, une enquête judiciaire remue la boue des anciens chantiers. Elle a abouti à ce qu’en 2002 une petite douzaine de cheminots de terrain se fasse condamner pour corruption. Les coquins avaient accepté des pots-de-vin – voitures, enveloppes de liquide, etc – d’intermédiaires du BTP, en échange de quoi ils faisaient monter la facture en inscrivant plus de camions de béton ou de matériaux réellement utilisés. Bref, un système de pillage à tous les étages… D’ailleurs l’ex-juge Halphen qui a instruit cette affaire était alors convaincu que les marchés des lignes TGV servaient à alimenter un circuit de financement occulte de partis politiques. Il lui manquait juste les preuves…

Mais après de multiples recours intentés par les as du BTP, la justice est venue sonner les cloches aux as de la truelle quelques temps avant Pâques. Visiblement en forme, les juges n’ont pas été sensibles aux malheurs actuels d’un secteur affaibli par la crise. Ainsi pour le lot 21 du TGV Rhône-Alpes (contournement de Lyon pour rejoindre Valence avec force tunnel), les magistrats sont allés bien au-delà des molles recommandations des experts désignés par eux. Ces derniers ne chiffraient le bénéfice de la triche qu’à environ 2 millions d’euros. Les juges ont multiplié le chiffre par 10 : sur ce marché, les boîtes visées devront rendre 21 millions d’euros !

Lorsqu’on additionne le montant des 34 jugements prononcés par le tribunal administratif de Paris, on atteint un montant de 90 millions d’euros que les entreprises concernées sont condamnées à rembourser à la SNCF. Mais ce n’est pas tout. À cette jolie somme s’ajoutent les intérêts de retard qui courent depuis 1997 ! Selon le mode de calcul qui sera choisi, il y en a pour environ 33 à 38 millions supplémentaires. Facture totale : « entre 123 et 128,5 millions et demi d’euros » indique une bonne connaisseuse du dossier. Bref les entreprises de travaux publics avaient cru bon jouer la montre en espérant qu’à force de procédures, la SNCF et son cabinet d’avocats Berlioz & Co – Michel Durupty étant chargé du dossier -, se décourageraient et qu’on n’arriverait jamais à un jugement au fond. Pari raté. Elles se prennent aujourd’hui le boomerang en plein dans les dents.

Ceux qui m’aiment prendront le train

Là où l’affaire s’avère vraiment douloureuse pour les grugeurs, c’est qu’il leur faudra payer d’ici fin mai. Et pas moyen d’y échapper en principe. Car dans le droit administratif, les appels ne sont pas suspensifs. Et certains de prédire déjà une belle ambiance au sein de la confrérie du BTP et dans les rangs de la FNTP, la fédération du secteur. Car les entreprises étant condamnées solidairement, à elles de se débrouiller à l’intérieur de chaque groupement pour se répartir le paiement des montants. Bref on imagine le sauve-qui-peut pour se refiler le bébé.

Se comptant par dizaines, les boîtes frappées - elles - ont pu changer de nom ou d’actionnaires depuis le temps – offrent une belle photographie du secteur. On trouve les trois majors directement ou via leurs filiales avec Bouygues, Vinci (Dumez, Campenon Bernard …) et Eiffage (Fougerolles, SAE… ) – ces deux derniers ne portaient pas encore leur nom actuel - mais aussi des indépendants comme Bec Frères ou Razel, Demathieu et Bard etc. Certaines vont-elles se mettre en faillite pour renaître sous une autre forme afin d’échapper au remboursement ? Ou bien expliquer au tribunal qu’elles n’y échapperont pas si elles doivent sortir l’argent, seule exception pour obtenir un sursis à exécution. Jouable mais difficile à concevoir pour les majors côtés en bourse. Martin Bouygues, va-t-il aller tirer la sonnette d’alarme chez son ami Nicolas Sarkozy, comme certains le subodorent ?

Le plus drôle est que cette splendide victoire juridique a même pris de court la SNCF traversée par des courants contraires. Depuis l’origine, une partie de l’équipe dirigeante plaide en faveur d’un règlement à l’amiable du différend. Anne-Marie Idrac qui a succédé brièvement à la présidence à Louis Gallois, l’auteur de la plainte, n’était visiblement pas contre mais celle qui est aujourd’hui au gouvernement a fait long feu à la SNCF. Depuis l’arrivée de Guillaume Pépy aux commandes en février 2008, certains groupes de BTP ont tenté une nouvelle approche pour faire ami-ami. Ils ont dû juger le contexte propice. Il faut dire qu’un certain Claude Gressier – celui qui avait couvert les ententes - a fait son retour au conseil d’administration de la SNCF. Et en provenance direct de l’état major de Vinci où il s’occupait des concessions, David Azéma grand ami de Pépy est devenu directeur général délégué chargé des finances et de la stratégie du groupe public.

Pépy de chocolat

Aujourd’hui on souhaite bien du plaisir à Pépy. Nommé par Sarkozy dont il a obtenu une feuille de route, c’est lui qui va devoir s’assurer que les grands groupes, dont Bouygues, dirigé par un ami de Nicolas, signent bien le chèque. Gare aux court circuits dans les caténaires…

Maintenant, il ne reste plus qu’aux usagers à réclamer une baisse des tarifs des billets TGV d’environ 130 millions d’euros. Car après tout c’est à cause du coût et des surcoûts de la construction des lignes à grande vitesse dont RFF, gestionnaire du réseau, a récupéré la dette que les tarifs du TGV sont aussi chers.

www.bakchich.info/La-SNCF-empoche-130-millions

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-05-2009 à 10h15


|<< <<<  4   5   6   7   8  | 9 |  10   11   12   13   14   15  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 24-11-2007 à 02h39 | Mis à jour le 12-12-2009 à 09h38 | Note : 7.50/10