Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

SUD-RAIL-CERBERE
sud-rail-cerbere

Le site de Sud-Rail Cerbère

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- vidéos, audio et photos
- actus des autres syndicats
- actualités
- coup de gueule
- droit de retrait, droit d'alerte, rapport préventifs, préavis de gréve

5 DERNIERS ARTICLES
- Guide du manifestant arrêté
- Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers?
- Bernard Thibault, le fossoyeur de la CGT ?
- Non à la loi ORTF
- Une décision de Justice passée bien…inaperçue….
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le syndicat Sud ne connaît pas la crise
- Dominique Malvaux (Sud-Rail Paris St Lazare)
- Trombinoscope.
- La gréve des cheminots par J-P Pernaut (TF1)
- Calomnie aux DP EEV Languedoc Roussillon
- CHRISTIAN MAHIEUX, Le Parisien du 26/01/09
- Grève nationale le 29 janvier 2009
- Info 1ére table ronde du 29/11
- J'assume !!!!
- Rappelez vous, pour Sarkozy, beaucoup de choses étaient claires

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01020304050607
08091011121314
15161718192021
22232425262728
293031
<< Octobre >>

BLOGS FAVORIS
1.Levengeurmasque
2.Las-ocas-cerbere
Ajouter sud-rail-cerbere à vos favoris

LIENS FAVORIS
- film streaming vf
- film en streaming
- denver airport shuttle
 Et si le temps virait à l'émeute ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

C'est une question centrale, affleurant largement dans le débat sur la séquestration des patrons ou sur les manifestations de Strasbourg et de Bastia. C'est surtout une question qui va devenir de plus en plus essentielle, tant l'autisme du gouvernement et l'exaspération croissante ne laissent guère entrevoir d'autre issue. Alors : bientôt un, deux, trois, cent émeutes ?

Vous sentez ?

Non ?

Mmmhhh…

Vous ne voyez rien monter ?

Non plus ?

Mmmhhh…

Vous êtes bouchés à l'émeri ?

Pas à votre connaissance ?

Mmmhhh…


Ok, reprenons rapidement.

Des salariés qui décident de faire prisonnier - un temps seulement, mais prisonnier quand même - leurs patrons, à tel point que Sarkozy s'est cru obligé d'y aller de son avertissement : « Qu'est ce que c'est que cette histoire d'aller séquestrer les gens ? On est dans un Etat de droit, je ne laisserai pas faire les choses comme ça », a tonné l'incontinent, doublé sur sa droite par un Jean-François Copé qui s'est dit « scandalisé » par le séquestration des patrons.

Des étudiants qui investissent leur université, à Rennes, Strasbourg et Orléans, ou s'invitent au Crous, à Paris.

Des barres de fer et des cocktails molotov qui ressortent de sous les manteaux, en Alsace ou en Corse.

Des forces de l'ordre qui pètent les plombs, usent de moyens disproportionnés et illégaux, laissent libre court à leur goût de la violence et se comportent en moins que rien, à Bordeaux, Strasbourg ou Bastia.

Un présidentiel meneur de revue qui a perdu tout contact avec ce peuple qui est censé l'avoir choisi comme représentant, seulement capable de pavoiser dans des sommets internationaux mais pas foutu de se déplacer en son royaume autrement que derrière une armée de policiers et de gendarmes, à tel point que même le très modéré journaliste Jean Quatremer constate qu'il y a un problème : « La République tchèque vient, à distance, de donner une bonne leçon de démocratie à la France. Alors que Barack Obama s'est déplacé durant deux jours dans une ville fantôme quadrillée par 10 000 policiers et vidée de ses habitants, il a pu se faire sans problème acclamer par 30 000 personnes à Prague, ce matin (…). Les Tchèques ont fait la tranquille démonstration que l'on peut assurer la sécurité d'un président américain sans décréter l'état de siège, comme les autorités françaises l'ont fait à Strasbourg pendant le sommet de l'OTAN. »

Des jeunes pour cibles de toutes les politiques étatiques, eux qui sont promis au chômage une fois sur le marché du travail et sont victimes d'un véritable harcellement législatif - qu'il s'agisse de les empêcher de picoler ou de télécharger - , certitude que la fracture générationnelle est désormais telle qu'elle ne pourra se régler autrement que dans la rue.

Et un président qui fait l'autiste, seulement capable face au chômage et à l'augmentation de la misère de dire son refus de toucher au paquet fiscal - « Je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts, moi (…) moi, j'ai été élu pour réconcilier la France avec l'entreprise et avec l'usine » - et de prôner de nouvelles déductions pour les imposés à l'ISF, au prétexte que « ça va bien au-delà de la gauche, de la droite, c'est du bon sens ».


Je sais, je sais : vous connaissez cela aussi bien que moi.

Et il n'y avait nul besoin de ce récapitulatif pour vous convaincre que les choses vont de mal en pis et vous persuader que l'exaspération finira bien par se trouver un exutoire.

Mais quand même : un petit résumé n'est jamais inutile.

Tant mettre bout à bout ces données ne laisse guère entrevoir d'autre horizon que celui de la colère et de l'émeute.

Un avenir sombre et ardent qui conduit à relativiser largement tout le bruit soulevé - ces temps-ci - autour de la question de la violence, celle des black blocks, des Corses ou des ouvriers licenciés.

Puisque ce n'est qu'un début.

Que ce sera pire, forcément.

Et qu'il faut se rendre à l'évidence : jamais grand changement ne s'est opéré avec des petites fleurs et de douces paroles.

Bref, ce ne sera au fond que justice si, à la violence du gouvernement - dans sa police ou sa politique - , répond un jour celle des opposants.

ARTICLE 11

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-05-2009 à 09h56

 Devinette : qui est contre la grève ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 


?Qui a déclaré : "Nous avons toujours dit que nous n’étions pas favorables à ces journées ou à ces déclenchements de grève. Je me déplace toutes les semaines auprès de salariés qui me disent qu’ils savent très bien que ce n’est pas une grève qui règlera leurs problèmes" ?

Nicolas Sarkozy, président de l’UMP et de la République ?

François Fillon, Premier ministre ?

Brice Hortefeux, ministre du Travail ?

Patrick Devedjian, ministre du Plan de relance ?

cfdtLaurence Parisot, présidente du syndicat patronal Medef ?

Raté : il s’agit de François Chérèque, qui s’emploie toujours davantage à donner à l’acronyme CFDT la signification de Confédération française démobilisatrice des traîtres aux travailleurs.


Illustration empruntée au Mammouth manchois énervé.


www.plumedepresse.com

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-05-2009 à 09h46

 1er Mai, et après ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Les défilés traditionnels du 1er Mai ont donc permis aux syndicats d'afficher un front uni. Soyez rassurés braves gens, ce nouveau G8 pourra donc négocier benoitement avec la bande à Sarko.

Une bande à Sarko qui, par la voix de Chatel, feint de voir une mobilisation en baisse, une participation relativement faible selon lui (et la police) . Tout dépend de l'échelle utilisée pour comparer. Oui, les défilés divers ont rassemblé moins de monde que les journées d'actions précédentes, ce qui permet à Chatel de pavoiser ou tout du moins de feindre une certaine tranquillité d'esprit.

Par contre, si l'on compare à d'autres  1er Mai, la participation est, là, importante. Importante malgré un long week end et un temps plutôt correct. Ça, le gouvernement préfère l'ignorer, mais, après tout, c'est le jeu, ma pov Lucette.

Bref, tout le monde est content, les syndicats qui peuvent donc un peu rouler des mécaniques, le gouvernement qui croit voir là une approbation à sa politique, les journalistes qui ont des papiers à pondre sur des sujets aussi importants que la non présence de Royal aux côtés d'Aubry.

Mais, que fait on de ce petit succès, côté G8 ? Comme d'hab, on commence à envisager une nouvelle journée de mobilisation.

Dites les gars, croyez pas que le problème, c'est ça justement ? Une journée de mobilisation, une de plus, génial, qu'ont apporté les premières déjà ?

Rien, on propose toujours d'instaurer le travail dominical, le chômage expose toujours plus haut, Une explosion tellement importante d'ailleurs qu'au dernier comptage, les stats ont vu la disparition étonnante de 25 000 personnes comme l'explique Peuples.

Ce ne sont pas des journées de mobilisation éparses qui feront reculer un gouvernement droit dans ses talonnettes, L'âne patenté que je suis, dixit certaines tenancières de blog pro sarko, partage en ce sens l'opinion de certains de mes petits camarades tels que LaFleur, Etiam ou Merachlor.

Sinon, les européennes approchent, allez donc lire la dissection du manifeste PS chez Pas Perdus, c'est édifiant (d'où la présence, nouvelle en ces lieux, d'un logo pour ces élections

sarkobasta.over-blog.com

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-05-2009 à 09h34

 Libéralisation du ferroviaire européen : l’exemple autrichien Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Rail : La France poursuit la désintégration, l’Autriche réintègre !

« La fusion de la filiale de construction des infrastructures et de la filiale d’exploitation des infrastructures des ÖBB devrait améliorer les synergies au sein du groupe » (Autriche -Der Standard, Wiener Zeitung 09/04/2009)

La réforme des chemins de fer autrichiens (ÖBB) de 2004 avait scindé l’opérateur historique autrichien en de nombreuses sociétés, dont notamment la filiale de construction des infrastructures et celle d’exploitation des infrastructures.

Comme le prévoyait le programme de coalition de décembre 2008, le ministère des transports élabore actuellement un projet de loi préparant la fusion des deux entités. Par ailleurs, la société de services des ÖBB, qui aurait dû soutenir les filiales en matière d’organisation et en matière de gestion des achats, sera intégrée dans la Holding. Les compétences de celle-ci seront renforcées pour qu’elle soit en mesure de décider efficacement de la stratégie du groupe.

Les mesures décidées en France et approuvées par la direction de la SNCF étant exactement inverses de celles décidées en Autriche, la dernière phrase de ce texte peut, elle-aussi, être exactement inversée pour décrire la réalité de ce qui se passe à la SNCF : « Les compétences de la SNCF seront affaiblies pour qu’elle ne soit pas en mesure de décider efficacement de la stratégie du groupe. »

Voilà un exemple européen qui éclaire encore la stratégie des gouvernements français qui se sont succédés depuis 1997 !

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 01-05-2009 à 09h20

 Nouvelle attaque contre les facilités de Circulation des cheminots Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Facilités de Circulation : le 30 avril, la direction reçoit les fédérations syndicales.

Ils veulent nous faire payer encore plus !

La direction veut augmenter considérablement le tarif des réservations pour les cheminot­s : vers un prix moyen de 5 à 6 euros. Ensuite, elle veut indexer ce prix sur l’inflation… Elle évoque un contingentement impératif du nombre de porteurs/ses de Facilités de Circulation par train. La menace d’une « fiscalisation » des F.C. se précise.

L’ACOSS (URSSAF) veut taxer les facilités de circulation :

  • Pour les cheminot­s en activité, les ayants-droits et les retraité­­s
  • Selon l’utilisation réelle qui devra être mesurée.
  • En se basant sur la différence entre les facilités accordées et le « prix public le plus bas ».

Pour mesurer l’utilisation, le PASS Carmillon tombe à pic ! La fiscalisation des FC, serait une baisse de notre pouvoir d’achat. Les Facilités de Circulation compensent en partie nos faibles salaires et permettent à la SNCF d’organiser la mobilité géographique des cheminot­s.

On nous dit qu’il faut bien faire rentrer les cotisations sociales à l’URSSAF. Mais ce sont les mêmes qui organisent la baisse des rentrées de cotisations : tous les ans les entreprises bénéficient de 20 à 25 milliards d’allègement de cotisations sociales, et plus encore avec les pseudo­plans « anti­crise ». Les mesures comme l’intéressement ne sont pas soumises à cotisations sociales… Autant d’argent en moins dans les caisses de l’URSSAF ! La seule mesure qui serait bonne pour la sécurité sociale et le pouvoir d’achat des cheminots : c’est une augmentation générale des salaires de 300€ !

Les FC permettent à chaque cheminot­ de bénéficier du résultat de son travail. C’est une mesure d’égalité, qui profite à tous les cheminot­s ! C’est aussi pour cela que SUD­-Rail demande que tous les travailleurs/ses du rail, en activité ou en retraite, y aient droit (cheminot­s mais aussi salarié­­s des filiales SNCF, entreprises sous­traitantes, CE et CCE SNCF, ..)

Le 30 avril, SUD-­Rail appelle à participer aux rassemblements unitaires organisés dans plusieurs régions, pour remettre les pétitions massivement signées. Pour défendre nos facilités de circulation, la fédération SUD­Rail sera présente à la « table ronde » organisée au siège de l’entreprise.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 01-05-2009 à 09h19


|<< <<<  5   6   7   8   9  | 10 |  11   12   13   14   15   16  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 24-11-2007 à 02h39 | Mis à jour le 12-12-2009 à 09h38 | Note : 7.50/10