Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

SUD-RAIL-CERBERE
sud-rail-cerbere

Le site de Sud-Rail Cerbère

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- vidéos, audio et photos
- actus des autres syndicats
- actualités
- coup de gueule
- droit de retrait, droit d'alerte, rapport préventifs, préavis de gréve

5 DERNIERS ARTICLES
- Guide du manifestant arrêté
- Bernard Thibault commissaire européen aux ouvriers?
- Bernard Thibault, le fossoyeur de la CGT ?
- Non à la loi ORTF
- Une décision de Justice passée bien…inaperçue….
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le syndicat Sud ne connaît pas la crise
- Dominique Malvaux (Sud-Rail Paris St Lazare)
- Trombinoscope.
- La gréve des cheminots par J-P Pernaut (TF1)
- Calomnie aux DP EEV Languedoc Roussillon
- CHRISTIAN MAHIEUX, Le Parisien du 26/01/09
- Grève nationale le 29 janvier 2009
- Info 1ére table ronde du 29/11
- J'assume !!!!
- Rappelez vous, pour Sarkozy, beaucoup de choses étaient claires

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01020304
05060708091011
12131415161718
19202122232425
262728
<< Février >>

BLOGS FAVORIS
1.Levengeurmasque
2.Las-ocas-cerbere
Ajouter sud-rail-cerbere à vos favoris

LIENS FAVORIS
- film streaming vf
- film en streaming
- denver airport shuttle
 Les militants CGT fliqués par la CGT Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Article trouvé sur le site "ou va la CGT"

Un flic pour les militants, des miettes pour les travailleurs !

Un fidèle lecteur du blog de Normandie a été particulièrement éverné par le dernier numéro du "Peuple", et en particulier l'éditorial de Eric Aubin. Il y a de quoi !
Alors, c'est un peu "rengaine", mais il est parfois utile d'enfoncer plusieurs fois le même clou, et en cette veille du premier mai, il est intéressant de répéter le sens véritable que la direction confédérale veut donner à la CGT CFDTisée... Par ailleurs, dans le débat sur "l'avenir des syndicats", le camarade exprime un point de vue un peu différent de ce qu'on a pu lire sur ce blog.
Voici son courrier


 
Si une partie des militants CGT se satisfait de la stratégie confédérale , pour une autre - la plus combative, celle qui pense et agit encore au nom de la lutte des classes -, ces mobilisations au compte-goutte (29 janvier, 19 mars et 1er Mai) ne sont pas acceptables.

Alors évidemment, avec une certaine radicalité des luttes et à l'approche du 49ème Congrès confédéral, il s'agit rapidement de mettre un terme à l'agitation des masses (minoritaire mais certainement concertée, parce que gauchiste, cela ne peut pas être autrement pour ces réformistes). Donc, la chasse aux sorcières (ou ce qui commence à y ressembler) commencée il y a déjà quelques temps va se poursuivre, semble t-il, plus durement envers les militants combatifs qu'ils soient d'extrême gauche ou pas. Et tant pis, si ce sont eux qui ont la meilleure analyse de la situation et en conséquence, se trouvent être parmi les meilleurs défenseurs des intérêts des travailleurs.
Nommer un responsable en charge du suivi de la progression du NPA (et plus largement de l'opposition) dans la CGT montre où en est - idéologiquement et politiquement - le bureau confédéral CGT.

Dans un sens, cela a le mérite de la clarté et confirme entièrement ce qui se dit sur ce blog depuis plusieurs mois : Bernard Thibault, Le Duigou et d'autres ne sont pas des amis qui se trompent mais bien des ennemis qui se cachent ! Ces gens et leur clique ont totalement abandonné tout véritable esprit de combativité syndicale et sont maintenant des forcenés de la collaboration de classe. De partenaires sociaux en dialogue social tout en passant par les diagnostics partagés et les experts en tout genre, ils sont ce que l'on appelait autrefois les nouveaux « valets du patronat » dans les rangs des travailleurs.
Leur objectif n'est, à l'évidence, plus la satisfaction des revendications des travailleurs sinon ils montreraient un peu plus d'activité mobilisatrice.
Alors la chasse aux militants leur est nécessaire même si elle est particulièrement scandaleuse. D'autant que plusieurs responsables confédéraux font toujours partie de l'association « Confrontations », main dans la main avec des patrons qui ne se sont pas fait connaître pour leur particulière bienveillance envers les travailleurs. Ces patrons attendent un retour sur leur participation et la politique confédérale menée ces dernières années apparaît bien comme un service rendu par nos dirigeants à cette officine patronale et au patronat tout entier. Au fait, y a t-il un responsable confédéral chargé du suivi du développement de ce club de collaboration de classe « Confrontations » ?

Sinon, c'est déjà trop tard, la gangrène est trop  avancée.
Effectivement, il y a des coupables dans notre organisation, ce sont ceux-là même qui y commettent des dégâts depuis des années et ils ne sont pas à rechercher du côté des « gauchistes », des militants révolutionnaires ou des travailleurs combatifs (qui n'ont pas forcément besoin de « guides » pour lutter) mais plutôt de ceux qui fraternisent en permanence et honteusement avec le patronat, le gouvernement. 
Tous les derniers articles du blog l'ont exprimés, ce n'est que passivité confédérale là où il faudrait organisation et mobilisation permanente. La stratégie démobilisatrice du bureau confédéral est volontaire et ce n'est pas uniquement pour rester aligné sur la CFDT mais bien parce que cela correspond aux orientations idéologiques qu'il tente d'appliquer dans toute la CGT. C'est un objectif qui ne date pas seulement de l'élection de Bernard Thibault comme secrétaire général mais qui s'est accéléré ces dernières années  ( tout ne s'explique pas par l'entrée dans la C.E.S. ).

Ces tristes individus sont dans l'obligation d'aller « au charbon » et après l'article de Le Duigou (Ensemble N° 17 « Pour un meilleur usage des profits »), l'intervention de Maryse Dumas  (Réunion FD, CR et UD du 1er avril 2009), nous avons droit dans le dernier numéro du journal Le Peuple (N° 1683 – 22 avril 2009) à un texte pitoyable « Mesurons ce qui bouge ! ». Ecrit par Eric Aubin, membre de la Commission exécutive confédérale mais aussi  secrétaire général de la triste Fédé de la Construction (celle-là même qui se débarrasse manu militari de toute opposition à ses orientations), cette tentative de justification de l'impossible prétend nous informer sur de pseudos avancées obtenues :
« De nombreux salariés et notamment des militants pensent qu'il n'est pas bon de multiplier les journées d'action, considérant que les résultats se font attendre et que le risque est la démobilisation.
Et bien, c'est ignorer ce qui a déjà bougé grâce à la mobilisation. »


Et il énumère les points obtenus en commençant par :
« D'abord l'opinion publique qui, à près de 75% soutient la mobilisation ».
Et oui, camarades, des millions de travailleurs, de chômeurs, de retraités, d'étudiants, de lycéens manifestent, sont en grève pour ça, pour ce résultat  ! Soyez heureux et satisfaits, l'opinion publique soutient la mobilisation !!!

Le négociateur confédéral Eric Aubin, qui n'a peur de rien, continue sa multiplication des petits pains :
  • l'allocation de fin de formation pour les chômeurs
  • l'allocation équivalent retraite pour les chômeurs n'ayant pas 60 ans
  • le financement de la retraite complémentaire  entre 60 et 65 ans
  • Le recul des sénateurs sur le travail du dimanche
Il n'est pas question de cracher dans la soupe ou de minimiser quoi que ce soit mais ces acquis ne sont pas ceux attendus et pour certains déjà remis en cause (le travail le dimanche). Il serait d'ailleurs étonnant que les travailleurs et même ceux directement concernés par ces mesures s'en satisfassent.
Nous sommes loin de la plate-forme intersyndicale (déjà bien faiblarde) du 15 décembre 2008 et nous sommes encore plus loin des revendications claires, précises portées lors des manifestations.

Ce que veulent les travailleurs :
  • c'est l'arrêt des fermetures d'entreprises
  • l'arrêt des licenciement
  • et parce que trop souvent isolés dans leur combat, de meilleures conditions de départ.
  • ce sont des augmentations immédiates de salaires, de pensions, de minimas sociaux
Enfin, ils se battent pour le retrait de tous les textes de casse que ce soit à l'hôpital, à l'école…, la fin de la politique sarkosyste de régression générale.
Ce ne sont pas des miettes qu'ils veulent mais la fin de cette politique antisociale !
Alors, ce qui a bougé est loin de répondre à ces revendications, aux attentes.


S'ORGANISER…
Nous n'avons pas d'autres choix que de nous organiser dans notre CGT (Syndicats, Ul, UD…) et de déborder ces directions syndicales habituées à la moquette des salons du patronat ou des ministères plutôt qu'au bitume de la rue et au bruit des usines.
Contrairement à ce que certains camarades pensent, nous ne devons pas abandonner nos syndicats, il faut les reconstruire ou leur faire prendre une autre voie, celle de la lutte des classes tout en travaillant à un syndicalisme de masse. Ce n'est pas simple mais c'est la seule voie.
A l'heure actuelle, c'est impératif d'abord pour résister à cette droitisation permanente dans les orientations en cours et ensuite pour ne pas que le 49ème Congrès soit un revers supplémentaire pour les militants et les travailleurs.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 01-05-2009 à 09h15

 Déclaration délégation SUD Rail au CE Fret du 21 avril 2009 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Les élections professionnelles du 26 mars 2009 ont confirmé une nouvelle progression SUD-Rail.

 Sur le périmètre du CE national Fret avec 3 élus exécution et 18,17% des voix, les cheminots ont clairement affirmé la confiance qu'il accorde à notre syndicalisme de proximité et de lutte.

 Notre position concernant la création d'un CE Fret recouvrant l'ensemble du territoire et regroupant  l'ensemble des agents affectés dans une même « famille » n'a pas changé.

Pour SUD-Rail c'est une volonté d'autonomie de votre part. Une autonomie prélude à la filialisation.

 Pour autant c'est dans un CE doté de toutes ses prérogatives que nous interviendrons.

Il vous faudra compter avec SUD-Rail et dans la période actuelle, les cheminots peuvent compter sur nous pour défendre leurs intérêts.

 Ces élections sont intervenues en période de crise économique dont chacun sait dorénavant que la SNCF dans toutes ses activités est touchée.

 

Face à la crise mondiale d'un système capitaliste qui fait face ses limites spéculatives, 2 mobilisations d'envergure des salariés du public et du privé ont eu lieu le 29 janvier et le 19 mars.

Le mot d'ordre est clair « NOUS NE VOULONS PAS PAYER LEUR CRISE ».

 

Or il apparait clairement que concernant le Fret, ce sont bien les cheminots qui vont payer les pots cassés.

 Nous en voulons pour preuve votre note sur le management de la crise.

En effet   face aux prévisions de résultats 2009 pour Fret SNCF où l'objectif de 1,8 milliards d'€ de CA attendus ne sera probablement pas réalisés, les résultats au 1er trimestre étant 20% en dessous de ce qui était espéré vous vous êtes fendus d'une note où vous pointez les réductions en terme de production et d'effectifs à réaliser.

 

Ainsi :

-      Réduction du plan de transport tant sur le train massif que sur le wagon isolé.

-      Restitution des wagons non utilisés.

-      Radiations des locomotives et garage bon état.

-      Programme jugé « ambitieux » de réduction des effectifs d'environ 13%. Et l'on sait qu'il a déjà été annoncé dans certains PA 30% de réduction d'effectifs.

 

Parallèlement à ces mesures vous indiquez les nécessaires « économies » notamment sur le poste Achats et Charges Externes (ACE).

Parc automobile et informatique, dépenses de réception, frais de mission, de séminaire et de consultance sont revus à la baisse.

 

Cette période riche en incertitude n'est pas faite pour rassurer les cheminots qui travaillent pour le fret et l'exécution d'un service au client le plus qualitatif possible.

L'annonce de suppression supplémentaire de postes au fret est loin de les rassurer. Surtout quand on sait comment se sont passées les différents reclassements au fret et notamment dans l'ADV, sujet dont  nous aimerions discuter dans cette instance vu que cela a été mis hors compétence à la CPC Fret d'Avril.

Là encore cette situation est loin de nous satisfaire en regard de la souffrance humaine qu'elle génère d'une part et du sentiment de laisser pour compte qu'elle entraine.

SUD-Rail le réaffirme ces reclassements et la façon dont ils sont imposés ne nous satisfont évidemment pas.

 

Cette note envisage également des mesures de chômage partiel menée en lien avec DRH SNCF.

Qu'entendez-vous par là ?

 

Autre sujet d'actualité : le projet « FREGATE » mené au sein du Pôle d'Activité Combi-Express dont beaucoup ont entendu parler mais dont on ne sait pas grand-chose de plus sauf qu'il entérinerait de fait la création d'une filiale de droit privé qui se verrait dotée de ses moyens traction et d'exploitation pouvant ainsi contourner la réglementation applicable à la SNCF.

SUD-Rail aimerait avoir des informations et vous entendre sur ce sujet.

 

Le 2ème groupe de travail sur le transfert CRML/CRLO s'est tenu.

Basé sur un soit disant volontariat des CRLO pour conduire des engins plus puissants, l'objectif des expérimentations en cours est loin du philanthropisme affiché sur les opportunités d'un déroulement de carrière harmonieux pour les CRLO concernés. Nous avons constaté que ce GT est très éloigné de la lettre du cadrage initial et que ces agents soient volontaires ou non l'expérimentation est maintenue comme à Cerbère par exemple.

L'objectif affiché est bien la baisse des couts d'utilisation du personnel.

 

Concernant le Wagon isolé votre note sur le management de la crise fait état d'études visant à rapatrier du tri de plateformes vers des hubs. Quels sont les sites visés ? Combien d'agents sédentaires et ADC seront concernés par ces transferts de charges ?

 

De plus, l'annonce du secrétaire d'état au transport sur la création d'une « société de portage » composée de RFF, la caisse des dépôts et consignation ainsi que l'opérateur américain « Railroad development » chargée de promouvoir les Opérateurs de Fret de Proximité nous interpelle.

Ainsi Fret SNCF ne serait plus l'opérateur ferroviaire privilégié pour le transport de wagon isolé.

Alors qu'il est  notoirement connu que les Opérateurs de Fret de Proximité ne peuvent survivre que subventionnés.

Cela signifie que l'état préfère autoriser le subventionnement d'une entreprise américaine plutôt que le subventionnement de l'établissement public dont il est l'unique actionnaire. Cocasse comme situation.

 

Pour SUD-Rail, le versement d'argent public ne doit pas servir à développer la concurrence entre opérateurs ferroviaires mais bien à développer un vrai service public de transport de fret ferroviaire.

 

Pour terminer, nous souhaiterions que soit évoqué aujourd'hui certains disfonctionnements ou incompréhensions (composition des délégations) dans les convocations des prochaines réunions ainsi que les modalités de dégagements et de déplacements des élus et représentants.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 25-04-2009 à 21h51

 Les Molex se vendent sur Ebay Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 




Description du vendeur

 ÉCHANGE 26H DE SÉQUESTRATION  CONTRE MAINTIEN DE MON EMPLOI A VILLEMUR


CONDITIONS :
AU MÊME TITRE QUE Mme COLBOC ET Mr KERRIOU (DRH, CO-GERANT) Molex Automotive SARL à Villemur sur Tarn

Pauses déjeuné à heure fixe et régulières.
Eau en abondance (important).
Café, boissons chaudes, jus d'orange.
Un matela pour dormir correctement.
Accès illimité au téléphone et internet.
Possibilité de se rendre aux toilettes ainsi que de se brosser les dents sur demande.
Visites régulières pour prendre des nouvelles de mon état de santé.

EN CONTRE PARTIE:
Mon emploi sera conservé et revalorisé. Puisque j'aurais réussi un périple de 26h tellement éprouvant!!

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 25-04-2009 à 14h37

 Début de chasse aux sorcières à la CGT ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

INFO TROUVE SUR LE SITE "OU VA LA CGT"

Bon, le titre est un peu excessif. Mais pas tant que cela. Après le procès contre les camarades de Forclum, le coup d'État contre l'UL de Douai, la tentative d'éjection d'un camarade de CEGELEC (l'affaire est toujours en cours), voilà qu'au détour d'un article du Figaro daté de hier, on apprend qu'il y a maintenant à la Conf' un responsable chargé de suivre le développement du NPA dans ses rangs...
L'article du Figaro ne fait pas dans la dentelle ("Séquestrations : la main de l'extrême-gauche") pour se faire le porte-parole du patronat le plus réactionnaire. Pas de surprise, on pouvait s'y attendre de ce journal.
A part cela, l'article n'est pas mal documenté (évidemment alimenté par les RG, comme d'habitude au Figaro), et reflète une évidence : dans tous les conflits actuels, les militants les plus radicaux sont à la tête du mouvement. La belle affaire ! C'est bien le moins qu'on pouvait attendre d'eux, non ? Alors LO, NPA, anarchistes, maoïstes ou autres, ils sont là et c'est bien normal.


 

Pas de quoi fouetter un chat, et si les bourgeois et les patrons en parlent tant, ministres en tête, c'est que quelque part ils ont peur de la contagion. Pour l'instant, les séquestrations sont carrément "light", il n'y a pas vraiment d'occupations d'usines, pas de comités de grève, les syndicats contrôlent encore les luttes. On n'est ni en 1995, ni dans les manifestations des sidérurgistes de la fin des années 70, bouteurs en action contre les CRS et incendie du château patronal... Mais il y a la crainte, réelle que cela déborde, que cette période revienne. Et vue l'ambiance en ce moment, on peut les comprendre.

 

Hier soir, dans leur soirée finalement insipide à la télé, les trois leaders Thibault, Chérèque et Mailly n'ont en fait pas dit autre chose : "Il faut que le gouvernement nous entende", "qu'il lâche quelque chose, n'importe quoi", "sinon ça va péter", et "on vous l'aura bien dit !".

Donc la bourgeoisie, Figaro en tête, lance la chasse à l'extrême-gauche. Pas très nouveau.
Ce qui nous intéresse surtout, c'est ce qui est dit sur notre syndicat :

«Les centrales territoriales sont très infiltrées, assure ainsi un représentant patronal. Il y a de l'entrisme actuellement dans les syndicats d'extrême gauche qui tentent de radicaliser les mouvements.» Ce que confirme un cadre de la CGT. «Ils nous collent sur le terrain dans tous les conflits, reconnaît-il. Ils essayent de peser sur ce qu'on dit et ce qu'on fait.» Il est d'ailleurs de plus en plus fréquent de retrouver des tracts du NPA ou de LO - vantant la lutte des classes et appelant à la révolte - traîner à la sortie des entreprises, et même à l'intérieur.
Une situation qui a poussé la CGT à confier à un ancien responsable de la CGT-transport, Alain Renault, la mission de suivre le développement du NPA dans ses rangs. «On sait très bien où ils se trouvent : dans quelles fédérations, dans quels territoires, dans quelles entreprises», avoue-t-il. Les sections départementales CGT de Seine-Maritime, du Pas-de-Calais ou des Bouches-du-Rhône seraient ainsi présidées par des militants d'extrême gauche. Tout comme les fédérations de la chimie, de quelques branches de la fonction publique, ou encore les sections d'Orly-Sud ou de la SNCM. «Le NPA a besoin d'une assise dans les organisations de masse, comme à la CGT, pour se développer», justifie un syndicaliste cégétiste."


Au delà du discours policier traditionnel ("infiltration", comme si les ouvriers étaient trop cons pour être radicaux par eux mêmes... "entrisme", comme si les ouvriers ne pouvaient pas se politiser par eux-mêmes etc.) l'article montre que la direction confédérale prend les affaires en mains... et Thibault, comme Maryse Dumas en avaient parlé de manière à peine voilée lors de la réunion des Fédés et UD du 1er Avril.  L'avenir dira ce qui se passera, mais nous n'avons  pas oublié l'histoire de la CFDT dans les années 80, et il y a une échéance, le 49ème Congrès, désormais sur les rails (voir le dernier numéro du "Peuple" qui vient d'arriver dans les boîtes aux lettres).
Voilà plusieurs années que nous alertons les camarades de la CGT. Ceux qui s'imaginent qu'il va être possible d'arriver à un arrangement, d'établir un rapport de forces etc. vont en être pour leur frais. Nous le répétons : le seul avenir est collectif dans la construction d'une opposition constituée et solide. Malheureusement les conditions ne semblent pas encore réunies... Espérons que nous n'en fassions pas les frais, avec maintenant en plus ce "Mr Flic" dans la CGT, ce Alain Renault qui d'ailleurs surveille ce blog dans le cadre de ses fonctions depuis au moins juin de l'an dernier... [info spéciale de notre service de contre-espionnage, n'est-ce pas "Niala" ?]

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 25-04-2009 à 07h38

  Les syndicats doivent-ils être des médiateurs ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Un ex "roi fainéant" (qualifié comme tel par celui qui fut longtemps considéré comme un de ses fils spirituels) devenu depuis Papy politique préféré (ça mange pas de pain, et les gens ont la mémoire courte) avait diagnostiqué il y a maintenant 14 ans une fracture sociale.

Un bon diagnostic, la fracture est depuis devenue un gouffre, creusé par la droite ET la gauche morale façon Jospin.

Une gauche qui, si elle n'a pas à rougir de son bilan, surtout comparé à l'actuel gouvernement, est responsable de l'acceptation de certains comportements, une gauche qui s'est contentée d'accompagner la financiarisation de l'économie, une gauche qui "ne pouvait décider de tout" et c'est cette philosophie que l'on retrouve dans le comportement des responsables syndicaux aujourd'hui.

Quand les futurs ex salariés de Conti ne peuvent être entendus que suite à un coup de force dans une sous préfecture, quand la seule visibilité est obtenue par la séquestration de patrons ou de cadres et que la réponse gouvernementale est la répression, ou le mépris, c'est bien que les salariés ont intériorisé que, à tous les échelons, (syndicats ou État), plus personne ne les écoutent ni ne les représentent.

 Alors lire après dans le Monde que les syndicats "peinent à trouver leur place face aux violences sociales" ne fait que confirmer le rôle d'alliés objectifs du pouvoir de ces mêmes syndicats.

 Violences sociales, on est déjà dans le champ lexical de l'adversaire, commençant donc à adopter son point de vue. Quand  juste après,  Fillon précise que ces mêmes syndicats "ont du mal à jouer à plein leur rôle de médiateur dans cette crise", la collusion devient avérée.

Les centrales syndicales ne sont pas là pour jouer le rôle de médiateur, elles sont là pour défendre les intérêts des travailleurs, au sens large, un cadre aussi haut placé soit il reste un prolétaire pour rappel.

Le rôle de médiateur consiste à être neutre, se mettre entre les parties présentes pour établir un dialogue. Désolé, ce n'est pas le boulot de syndicats ; ils doivent être des avocats et , des avocats teigneux, ne laĉhant rien, pas des bisounours dans un royaume magique.

Et, si on parle de violences sociales, comment qualifier le comportement de la direction de Conti, qui avait rétabli, suite à une pseudo négociation justement, les 40 h  il y a quelques années, au nom de la sacro-sainte productivité et d'une pérennisation du site (on voit ce qu'il en est aujourd'hui).

Alors, oui, marre de négocier

sarkobasta.over-blog.com/

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 25-04-2009 à 07h26


|<< <<<  6   7   8   9   10  | 11 |  12   13   14   15   16   17  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 24-11-2007 à 02h39 | Mis à jour le 12-12-2009 à 09h38 | Note : 7.50/10